Prise en charge


Apprendre à vivre différemment

Vivre après un AVC, lorsqu'on garde des séquelles motrices ou cognitives, c'est apprendre à vivre différemment, apprendre à s'adapter au mieux à une diminution d'autonomie.

C’est lors du retour domicile, après quelques jours ou semaines d’hospitalisation que le patient va réellement prendre conscience de son handicap.

Se posent alors différentes questions :

  • Quel suivi médical ?
  • Comment poursuivre les soins à domicile ?
  • Puis-je avoir une aide à domicile ?
  • Puis-je bénéficier d'aides financières, techniques, d'aides pour l'aménagement du lieu de vie ?
  • La reprise professionnelle est-elle possible après un AVC et quelles sont les aides à l’insertion professionnelle ?
  • Puis-je bénéficier de la carte nationale d’invalidité (CIN) ?
  • Puis-je reconduire ?
  • Quelles sont les différentes mesures de protection juridique ?
  • Quelles sont les personnes et les structures relais qui peuvent aider dans les démarches ?
  • Qu’est ce que la COTOREP ?

L’information concernant l’organisation de la prise en charge au domicile et les aides est dispersée et les démarches peuvent être longues face à la complexité administrative et financière des systèmes existants.

France-AVC Ile de France, antenne de la Fédération Nationale, souvent sollicitée pour aider dans cette réorganisation de la vie à domicile, a demandé à France Woimant (Neurologue vasculaire) et à Isabelle Abdelaziz, (assistante sociale) de rédiger des FICHES CONCERNANT DIVERS ASPECTS MÉDICAUX OU SOCIAUX DU RETOUR AU DOMICILE.

Ces fiches cherchent à répondre aux questions le plus souvent posées par les patients et doivent aider les patients et leur famille dans le suivi médical et dans les démarches administratives.

» Ces fiches sont distribuées sur demande à nos adhérents par l’association de patients France AVC Ile de France.

La prise en charge

La prise en charge médicale et sociale de l'AVC lors du retour au domicile.
A qui s'adresser ?

L'accident vasculaire cérébral reste la première cause de handicap acquis de l'adulte dans les pays industrialisés.
Trois quarts des survivants gardent des séquelles souvent graves. Seulement 20% reprennent leurs activités antérieures.
L'âge moyen de survenue d'un AVC est de 73 ans en France, mais l'AVC peut également toucher des patients jeunes : 5% ont moins de 40 ans.