L'AVC pédiatrique

Causes & Signes de l'AVC

L'Accident Vasculaire Cérébral touche chaque année un millier de nourrissons, enfants et adolescents. Mais sa rareté (moins de 1% des AVC concerne les moins de 18 ans), explique en grande partie le fait qu'on en parle malheureusement moins.

La plupart des parents confrontés à cette épreuve n’en ont jamais entendu parlé avant et lorsqu’ils en parlent dans leur entourage, les gens sont surpris.

"La majorité de ces AVC survient chez des enfants préalablement en bonne santé", dit à l'AFP la Dr. Manoëlle Kossorotoff (hôpital Necker, Paris) coordinatrice du centre national de référence AVC de l'enfant.
"50% n'ont pas de cause identifiée", l'accident est parfois lié à une infection assez banale, le plus fréquemment virale dont la varicelle.
"Le délai diagnostic est trop long, très peu arrivent dans les 4H30 à l'hôpital," c'est-à-dire le délai pour agir (thrombolyse, thrombectomie), déplore-t-elle.

Les signes sont pourtant assez proches de ceux de l'adulte :

  • paralysie soudaine,
  • faiblesse d'un côté du corps,
  • difficulté à parler,
  • déformation de la bouche,
  • plus des crises d'épilepsie, des convulsions.

Selon la Fondation Recherche AVC, L'AVC de l'enfant est la première cause de handicap acquis de l'enfant (retards psychomoteurs, difficultés scolaires...).

  • Un tiers de ces accidents surviennent entre le dernier trimestre de la grossesse (AVC in utero) et le premier mois de vie.
  • Un adulte sur dix qui vit avec des séquelles d'AVC l'a eu dans son enfance
  • La France dénombre chaque année plus de 150.000 nouveaux cas d'AVC, tout âge confondu (soit un AVC toutes les 4 minutes) en majorité ischémiques, et plus de 30.000 décès.

Plus d'informations :
» Centre National de Référence de l'AVC de l'enfant